Expo Nuit
Fr En
Ressources

Observer les carnivores de France

Ressources
Télécharger cette page comme PDF

La nuit les carnivores s’activent… Que ce soit au crépuscule, à l’aube ou en pleine nuit, ces grands discrets laissent cependant des traces. Comparez vos observations avec la fiche et découvrez quelles espèces évoluent là où vous vous promenez. En bonus, quelques vidéos et des informations parfois surprenantes !

1. Quels sont les carnivores de France ?

Les carnivores sont des espèces discrètes, surtout en présence de l’Homme.
Leurs mœurs nocturnes et leurs capacités sensorielles (odorat, ouïe, vue) les rendent difficiles à observer directement.
Alors patience, et commencez par rechercher leurs indices qu’ils laissent derrière eux !

2. Suivez la trace !

2.1. Quand peut-on les voir ?

La plupart des carnivores que l’on trouve en France sont observables toute l’année.
Ils sont nocturnes mais certains s’affairent aussi au crépuscule et à l’aube, voire en pleine journée, pour se nourrir ou nourrir leurs jeunes, dans certaines circonstances.

2.2. Comment les repérer ?

Les carnivores sont repérables par une multitude d’indices : empreintes, crottes, poils, restes de proies, griffures sur les arbres…

Pour découvrir leurs empreintes mieux vaut se pencher sur les sols meubles, sur lesquels elles seront bien lisibles. Vase, boue, sable, neige… Même sur une petite surface.
Mais attention ! En fonction du terrain la taille des empreintes peut être modifiée.

Et comment identifier des empreintes de carnivores ?
S’il y a comme des traces de doigts (les pelotes), éventuellement accompagnés de griffes, c’est bon !

Pour savoir à quel carnivore vous avez à faire, reportez-vous au tableau ci-dessous.

© Jean-Vincent Sénac / MNHN© Jean-Vincent Sénac / MNHN

4 pelotes et des griffes : un canidé

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 3,5 - 5,5 cm de large

© Audrey Savouré-Soubelet - MNHN© Audrey Savouré-Soubelet - MNHN

> c’est un renard roux (ou renard commun) Vulpes vulpes

Quand le voir ? Toute l’année. De nuit, au crépuscule et à l’aube. Parfois aussi de jour.

Le repérer autrement Le cri le plus courant est celui de la renarde, un « whaaa ! » aigu, rageur, puissant, et  répété à quelques secondes d’intervalle. Le mâle pousse des « wo wo wo » plus étouffés et isolés, et surtout en période de rut.

L’info en plus Ses sorties diurnes sont fréquentes, en particulier avec les jeunes.
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel
Le renard en vidéo dans le Tour de France de la Biodiversité

© Paul Williams / CC BY-NC 2.0© Paul Williams / CC BY-NC 2.0

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 7 - 11 cm de large.
En général plus étroites et plus allongées que celles d’un chien.
Piste en ligne droite sur au moins 100 mètres.
Les trajets erratiques et des changements de direction indiquent une piste de chien.

© Patrick Haffner ; © Norbert Delmas ; © MNHN ; © Jean-Jacques Poupinel© Patrick Haffner ; © Norbert Delmas ; © MNHN ; © Jean-Jacques Poupinel

> c’est un loup gris Canis lupus

 

 

Quand le voir ? Toute l’année. De nuit, parfois aussi de jour.

Le repérer autrement Son hurlement est audible à plus de 10 km. Les loups français, qui sont d’origine italienne, ont systématiquement une bande noire sur les pattes avant. Un bon moyen pour les distinguer des chiens !

© F-G Grandin / MNHN© F-G Grandin / MNHN

L’info en plus Le loup n’a pas été réintroduit, il est revenu naturellement en France depuis l’Italie.
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel : http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60577

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 3,5 - 6,5 cm de large

© MNHN© MNHN

> c’est un chien viverrin Nyctereutes procyonoides

Quand le voir ? Toute l’année, sauf en-dessous de -10°C : il se met alors en léthargie. La nuit, parfois au crépuscule et de jour.

Le repérer autrement Aboiements, grognements, jappements.

© Karlakas /CC BY-SA 3.0© Karlakas /CC BY-SA 3.0

L’info en plus Espèce introduite observée ponctuellement et surtout dans l’Est de la France.
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel :
http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60582

4 pelotes et pas de griffes : un félidé ou un viverridé

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 3 - 4,5 cm de large.
Beaucoup plus grosses que celles d’un chat domestique.
Le plus souvent, les empreintes des pattes arrière se superposent à celles des pattes avant.
Tandis que chez le chat domestique, les empreintes des pattes avant et arrière sont distinctes.

© Jean-Jacques Poupinel - MNHN© Jean-Jacques Poupinel - MNHN

> c’est un chat sauvage, ou chat forestier, Felis silvestris (Félidés)

Le voir en vidéo Loïc Coat / Lyncee Films http://www.dailymotion.com/video/xeku08_le-clip-du-film-sauvage-le-chat-for_animals

Quand le voir ? Toute l’année. De nuit, au crépuscule.

Le repérer autrement Il marque son territoire en griffant les troncs d’arbres.

L’info en plus Très farouche, il est rarement observé.
Pour le distinguer des chats domestiques : raie dorsale qui s’arrête à la base de la queue, queue avec deux ou trois anneaux complets et un manchon noir au bout. Mais attention, il existe des hybrides !
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel :
http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60598

© Schorle / CC BY-SA 3.0© Schorle / CC BY-SA 3.0

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 6 - 8 cm de large.
Piste généralement rectiligne, aux empreintes quasi alignées.

© Thomas Westphal - MNHN© Thomas Westphal - MNHN

> c’est un lynx boréal Lynx lynx (Félidés)

Le voir en vidéo
> dans le Tour de France de la Biodiversité
> dans les films de Loïc Coat / Lyncee Films

Quand le voir Toute l’année. De nuit et au crépuscule.

Le repérer autrement Au moment du rut, en février et mars, les mâles poussent des "waoh" assez aigus, répétés une dizaine de fois. Une proie morte enfouie sous la neige ou les feuilles mortes ? C’est le butin d’un lynx…

© Aconcagua  /CC BY-SA 3.0© Aconcagua /CC BY-SA 3.0

L’info en plus Espèce discrète et rare. Larges pattes.
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel :
http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60612

4 ou 5 pelotes et pas de griffes

et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 2 - 3 cm de large.
Le 5e doigt est nettement excentré, et ne laisse pas souvent de trace. 

© Norbert Delmas - MNHN© Norbert Delmas - MNHN

> c’est une genette commune Genetta genetta (Viverridés)

Quand la voir ? Toute l’année. Uniquement la nuit.

La repérer autrement Elle dispose ses crottes en tas appelés crottiers, sur des points surélevés : rochers, souches.

© Frédéric Salein / CC BY-NC-SA 2.0© Frédéric Salein / CC BY-NC-SA 2.0

L’info en plus Très discrète. Le jour, elle dort dans les arbres.
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel : http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60831

5 pelotes et des griffes : un mustélidé, un procyonidé ou un ursidé

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 3,5 - 6 cm de large.
Piste : le blaireau marche les pieds en dedans.

© Audrey Savouré-Soubelet - MNHN© Audrey Savouré-Soubelet - MNHN

> c’est un blaireau Meles meles (Mustélidés)

Quand le voir ? Toute l’année. Nuit.

Le repérer autrement Il pousse des cris aigus, des grondements, des geignements, des gloussements. Le blaireau sortant tous les soirs à la même heure, il est possible de faire un affût afin de pouvoir l’observer. Afin de repérer sa blaireautière, vous pouvez chercher la latrine : un ensemble d’une dizaine de pots où le blaireau défèque. Un pot fait environ 20 cm de diamètre pour 10 cm de profondeur.

L’info en plus C’est le plus gros mustélidé d’Europe ! Il pèse entre 7 et 20 kilos, pour 60 à 70 cm de long (sans la queue) !
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel
Le blaireau en vidéo dans le Tour de France de la Biodiversité

© Chris P / CC BY 2.0© Chris P / CC BY 2.0

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 1 - 1,5 cm de large.

© U.S. Fish and Wildlife Service - Northeast Region / CC BY 2.0 - MNHN© U.S. Fish and Wildlife Service - Northeast Region / CC BY 2.0 - MNHN

> c’est une belette d’Europe Mustela nivalis (Mustélidés)

Quand la voir ? Toute l’année. Nuit et jour.

La repérer autrement Pour la distinguer de l’hermine il faut regarder la queue : celle de la belette est courte et marron tandis que celle de l’hermine est longue et a un bout noir.

© Keven Law / CC BY-SA 2.0© Keven Law / CC BY-SA 2.0

L’info en plus C’est le plus petit carnivore au monde : elle pèse une centaine de grammes, pour 15 à 20 cm de long (sans la queue) ! Elle arrive à passer par un trou grand comme une pièce de 2 euros ! Et elle a la caractéristique de se déplacer par bonds.
Encore plus d’infos en plus avec l’INPN :
http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60716

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 1 - 2 cm de large.

© MNHN© MNHN

> c’est une hermine Mustela erminea (Mustélidés)

Quand la voir ? Toute l’année. Nuit et jour.

La repérer autrement De petite taille (20 à 30 cm sans la queue), elle est difficile à voir. D’autant plus qu’elle se confond avec son milieu (beige au printemps, blanche en hiver) !  Pour la distinguer de la belette, regardez sa queue : celle de l’hermine est longue et se termine par un pinceau noir tandis que celle de la belette est courte et uniquement marron.

L’info en plus Les empreintes sont rarement visibles ailleurs que dans la neige. En hiver, dans les endroits enneigés, l’hermine change de couleur et devient toute blanche.
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel :  http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60686

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 3 - 5 cm de large.

© MNHN© MNHN

> c’est une fouine Martes foina (Mustélidés)

Quand la voir ? Toute l’année. De nuit, parfois de jour.

La repérer autrement Les mâles sont très bruyants en été : ils crient pour marquer leur territoire et repousser les voisins.
Truffe rose et bavette blanche ? C’est bien une fouine ! Si sa truffe est brune et sa bavette jaune, c’est une martre. 

L’info en plus Activité maximale au crépuscule et en fin de nuit.
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel :
http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60674

© Marius Olbertz / CC BY-SA 3.0© Marius Olbertz / CC BY-SA 3.0

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 3 - 6 cm de large.
La martre a les pelotes poilues, donc ses empreintes sont moins nettes que celles de la fouine. 

© MNHN© MNHN

> c’est une martre des pins Martes martes (Mustélidés)

Quand la voir ? Toute l’année. Nuit, crépuscule et fin de nuit. Parfois de jour quand il y a des jeunes.

La repérer autrement La martre est partiellement diurne en été, au moment du rut et de l’élevage des jeunes. Peut-être une chance de la voir ?
Truffe brune et bavette jaune ? C’est bien une martre ! Si sa truffe est rose et sa bavette blanche, c’est une fouine. Et la martre évolue surtout en milieu forestier, contrairement à la fouine qui évolue souvent à proximité des habitations.

© Michel Bartoli / INPN© Michel Bartoli / INPN

L’info en plus Elle chasse au sol mais aussi dans les arbres !
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel : http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60658

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 2 - 4 cm de large.

© Audrey Savouré-Soubelet - MNHN© Audrey Savouré-Soubelet - MNHN

> c’est un putois d’Europe Mustela putorius (Mustélidés)

 

Quand le voir ? Toute l’année. Nuit, essentiellement au crépuscule et à l’aube. 
Les femelles accompagnées de petits se nourrissent le jour.

Le repérer autrement Des têtes de grenouilles et de crapauds au bord des étangs et dans les marécages ? Il pourrait s’agir des restes de repas d’un putois.
Contrairement aux visons, fouines et martres, le putois porte un masque facial, et son pelage ventral est plus foncé que son pelage dorsal.

L’info en plus En cas de stress, il pulvérise le contenu de ses glandes anales, dont le contenu désagréable lui a valu le nom !
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel : 
http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/200111

© Peter Trimming / CC BY 2.0© Peter Trimming / CC BY 2.0

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 3 - 4 cm de large.

© MNHN© MNHN

> c’est un vison d’Amérique Mustela vison (Mustélidés)...

Quand le voir ? Toute l’année. Du crépuscule au lever du jour. Parfois aussi de jour.

Le repérer autrement On le trouve à proximité des cours d’eau.
Il a une tache blanche sur la lèvre inférieure, tandis qu’elle recouvre les deux lèvres chez le vison d’Europe.

© Brendan Lally / CC BY 2.0© Brendan Lally / CC BY 2.0

L’info en plus Espèce introduite, sa présence représente une menace de plus pour le vison d’Europe. Il est plus grand, plus gros et plus répandu que lui. 
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel : http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60746

© MNHN

> ... ou un vison d’Europe Mustela lutreola (Mustélidés)

Quand le voir ? Toute l’année. Du crépuscule au lever du jour.

Le repérer autrement On le trouve à proximité des cours d’eau.
Une tache blanche recouvre ses deux lèvres. S’il n’y a de tache que sur la lèvre inférieure, c’est un vison d’Amérique !

© Andrew Ives / CC BY 2.0© Andrew Ives / CC BY 2.0

L’info en plus Sa survie est menacée à très court terme : ce serait la prochaine espèce de mammifère européen à disparaître ! En cause, la disparition de son habitat - les zones humides -, les accidents de la route, et la compétition avec le vison d’Amérique, qui a introduit de nouvelles maladies affectant aussi le vison d’Europe.
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel : 
http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60704

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 5,5 - 8 cm de large.
La loutre a les pattes palmées.
Le 5e doigt n’est pas toujours visible.

© Norbert Delmas - MNHN© Norbert Delmas - MNHN

> c’est une loutre d’Europe Lutra lutra (Mustélidés)

La voir en vrai avec le Tour de France de la Biodiversité / Gédéon - MNHN : http://www.jardindesplantes.net/la-loutre-deurope

Quand la voir ? Toute l’année. La nuit, et surtout au crépuscule et à l’aube.

La repérer autrement Ses crottes, appelées épreintes, sont de couleur verdâtre quand elles sont fraîches, noire quand elles sont sèches. Elles contiennent des écailles et des arêtes de poissons, et dégagent une odeur caractéristique de poisson et de miel.
Elle produit des sifflements aigus audibles à 200 m.

 

© Rachel Kuhn / SFEPM© Rachel Kuhn / SFEPM

L’info en plus Pattes palmées. Elle se repère aussi par les traces de glissade qu’elle laisse en allant à l’eau.
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel : 
http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60630
et avec la SFEPM :
http://www.sfepm.org/ficheloutre.htm

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 5,5 - 7 cm de large.

© Jeepday / CC BY-SA 3.0 - MNHN© Jeepday / CC BY-SA 3.0 - MNHN

> c’est un raton-laveur Procyon lotor (Procyonidés)

Quand le voir Toute l’année. De nuit et au crépuscule.

Le repérer autrement Le raton-laveur grogne, « aboie », gémit, et produit des grondements qui ressemblent à ceux des chats domestiques qui se bagarrent.

L’info en plus Cette espèce originaire d’Amérique a d’abord été introduite en Europe de l’Est pour sa fourrure. La population française descendrait surtout des mascottes apportées par les troupes canadiennes et américaines de l’OTAN stationnées dans l’Aisne, qui les ont relâchées au moment de leur départ en 1966.
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel : 
http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60822

© Michael Gäbler / CC BY 3.0© Michael Gäbler / CC BY 3.0

...et une empreinte et une piste comme ça ?

Empreintes : 15 cm de large environ.
Des empreintes presque humaines... mais avec de très longues griffes !
Piste : les empreintes sont assez alignées, et souvent légèrement tournées vers l’intérieur.

© Alain Canal ; © Audrey Savouré-Soubelet ; © MNHN© Alain Canal ; © Audrey Savouré-Soubelet ; © MNHN

> c’est un ours brun Ursus arctos (Ursidés)

Le voir en vrai grâce au Réseau Ours brun de l’ONCFS 
http://www.oncfs.gouv.fr/Photos-et-videos-dOurs-Brun-dans-les-Pyrenees-sp-ru533

Quand le voir Toute l’année, mais moins entre novembre et avril, période d’hivernation. Nuit et surtout en soirée et au petit matin. 
Plus actif en journée à l’entrée et à la sortie de l’hiver. 

Le repérer autrement Regardez les arbres : l’ours griffe les troncs à hauteur d’homme, et laisse de longs poils bruns (plus de 7 cm), à la pointe plus claire, accrochés aux branches.

© Malene Thyssen / CC BY-SA 3.0© Malene Thyssen / CC BY-SA 3.0

L’info en plus C’est le plus gros mammifère sauvage terrestre en France. Donc ne cherchez pas à vous en approchez si vous en voyez un, et ne suivez pas ses traces.
La souche française, dont il ne reste plus qu’un mâle, a été identifiée comme la plus ancienne au monde. Les 20 autres ours présents en France sont d’origine slovène, et ont été réintroduits.
Encore plus d’infos en plus avec l’Inventaire National du Patrimoine Naturel :
http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/60826

et avec l’Office National de la Chasse et la Faune Sauvage (ONCFS) :
http://www.oncfs.gouv.fr/Connaitre-les-especes-ru73/LOurs-ar974

3. La sortie pratique

3.1. Les indispensables pour sortir la nuit

- une lampe frontale avec un filtre rouge (créé avec du scotch, un papier de bonbon…)
> pour ne pas éblouir les animaux ni perturber les insectes
> ne pas éclairer trop brusquement les animaux
> le passage à la lumière blanche doit se faire avec parcimonie et précaution

- un appareil photo à utiliser sans flash
> les animaux nocturnes sont très sensibles à la luminosité donc le flash est à proscrire
> privilégiez le crépuscule et l’aube pour vos photos !

- des jumelles 8x40 ou 10x50

- un carnet de notes

- un enregistreur (dictaphone, téléphone portable…)
> pour identifier les animaux, les réécouter, se constituer une sonothèque...

- des bottes ou des chaussures montantes
> pour évoluer en toute sécurité, même si les reliefs accidentés ont été repérés pendant la journée afin d’éviter de marcher dedans la nuit

- des vêtements chauds, voire un imperméable
> éviter ceux en matières bruyantes pour ne pas se faire repérer

- un téléphone portable, des provisions (eau, biscuits), des piles de rechange pour la lampe

- une carte et une boussole ou un GPS

- une trousse de premiers secours.

3.2. Que faire en présence d’un animal sauvage blessé ou mort ?

Vous pouvez contacter un des centres de soins suivants :
> http://www/apsana.info/faune/centresoins.htm

Dans tous les cas prenez vos précautions si vous êtes amené à manipuler l’animal, mettez des gants et rappelez-vous qu’un animal apeuré peut blesser.

Sauf dans les cas suivants :

- espèces protégées prévenir l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), ou à défaut, la gendarmerie ou la police nationale.

Attention, il est interdit de déplacer des animaux appartenant à des espèces protégées, qu’ils soient vivants ou morts.

Exemples d’espèces protégées : tous les rapaces diurnes et nocturnes, le castor, la loutre, les bouquetins, le loup, l’écureuil roux, les cigognes, le vison d’Europe...
La liste complète dans les textes officiels :

> http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000396986&dateTexte=&categorieLien=id
> http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000649682

- grand gibier (cerf, chevreuil, sanglier, daim, izard, chamois, mouflon)
blessé ou tué suite à une collision prévenir le maire et la police nationale ou la gendarmerie ;
blessé ou tué suite à du braconnage prévenir le maire et l’ONCFS.

- animaux malades ou empoisonnés prévenir l’ONCFS, ou à défaut la Fédération des chasseurs de votre département.

Pour contacter l’ONCFS, rendez-vous sur la page http://www.oncfs.gouv.fr/LONCFS-en-Region-district20

4. Agir et découvrir avec la SFEPM

Les carnivores font partie des mammifères, que vise à protéger la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM).
En rejoignant ce réseau de passionnés, particuliers ou associations, vous pourrez aussi bien accroître vos connaissances que les faire partager au plus grand nombre au cours d’animations ou d’opérations.

Découvrez toutes les actions de la SFEPM sur leur site ! www.sfepm.org